Galerie Maria Lund


Sever
découpe laser, peinture, sang et mercurochrome sur papier Arches et épingles
dia. 170 cm - 2015

L'évocation d'un « réel imaginaire » est au cœur du travail de Lyndi Sales (née à Johannesburg en 1973). Si ce projet peut paraître utopique, il est porté par la conviction qu'en cherchant à dépasser les limites de notre perception, on ouvre d'autres voies. Elle tend vers une vision plus complète, plus entière de ce que nous vivons souvent comme des fragments de réalités, ceci dans l'idée que tout est lié. L'artiste utilise des modèles et des structures provenant de la nature – l'inspiration peut être l'infiniment petit comme l'immensité de l'espace. Elle s'inscrit dans une logique où l'ordre et le chaos du microcosme trouvent un écho dans le macrocosme.
Dans un entretien mené à l'occasion de sa participation à la Biennale de Venise 2011, Lyndi Sales parle de « regarder les yeux fermés », de faire abstraction de ce qui pourrait obscurcir notre vision.
Si notre espace, notre lieu d'existence véritable est le temps, Lyndi Sales cherche à le ralentir, à le suspendre afin de voir de plus près, de mieux le comprendre ; son intérêt porte plus particulièrement sur les instants qui précèdent une transformation, une transition – les moments de tension, de croisement.