Galerie Maria Lund


Devant moi
faïence, glaçure
6 x 14 x 12 cm - 2014

Le corps humain est au centre de la pratique artistique de Shoi. Son œuvre se caractérise par une interrogation sur l'homme et la nature, l'être et le devenir, et s'identifie au souffle qui représente par essence le mouvement et la vie. L'artiste investie ses œuvres d'une grande charge émotionnelle (maladie, stress, angoisse et douleur) et libère le corps de son poids culturel. Cette émancipation participe à la quête d'une autonomie à la fois physique, sexuelle et intellectuelle, associant féminisme et expériences vécues par l'artiste. Basée sur la mémoire, l'émotion, la réactivation de souvenir, l'œuvre de Shoi obéit à une logique subjective, usant de tous les matériaux et de toutes les formes. Son langage personnel et entièrement autobiographique rejoint les pratiques, entre autres, de Yayoi Kusama et de Giuseppe Penone. Son travail s'inspire d'événements qui ont brutalement changé son quotidien, qu'elle recrée et exorcise dans de multiples métamorphoses dont témoigne l'ambiguïté plastique propre à certaines de ses œuvres telles que Les couilles ou L'être. L'artiste sollicite ainsi à plusieurs niveaux le spectateur, que ce soit par la pensée, l'imagination ou l'affect.
Olivia Speer